samedi 26 mars 2016

Conseils pour vos tapuscrits - épisode 1 : les styles

Vous vous lancez dans la composition du texte de votre roman ? Vous espérez qu'un jour il soit repris par un éditeur en vue de la réalisation d'un vrai livre ?
Pour éviter les “galères” tant aux auteur(e)s qu'à celles et ceux qui assureront la mise en pages du livre, nous nous permettons quelques conseils. En voici la première salve, consacrée aux styles.

Utiliser les styles donnera à vos tapuscrits toute la souplesse et l'évolutivité indispensables à tout travail de composition digne de ce nom. Il vous évitera des heures de modifications pointilleuses et forcément parsemées d'oublis et d'erreurs.

Note : les copies d'écrans illustrant cet article sont tirées d'un traitement de texte sous Mac OS. Ils ne correspondront peut-être pas à ceux du vôtre. En cherchant un peu (y compris dans l'aide en ligne), vous identifierez aisément les dialogues et fenêtres équivalents.

Définition : un style, dans les traitements de texte, est un ensemble de réglages typographiques rassemblés sous une dénomination unique. Ils concernent, au choix, un paragraphe entier ou seulement une série de caractères.

Rappel : un paragraphe est un texte situé entre deux sauts de paragraphes (ou retour à la ligne, ou encore retour-chariot).

Pour visualiser les sauts de paragraphes, demandez l'affichage des caractères non imprimables en cliquant sur l'outil dit “pied-de-mouche”, cette espèce de P inversé…


Ci-dessus : deux paragraphes ont été composés, le premier se terminant au mot “Belges” et le second au mot “fumés”, comme l'indiquent les deux pieds-de-mouches de couleur bleue.

Lorsque vous créez un nouveau document, le style par défaut est le style dit “Normal” (rien à voir avec un président de la République).


Si le curseur est placé n'importe où dans le corps du texte ci-dessus, le style indiqué par le traitement de texte est “Normal”.


Si, pour une raison ou pour une autre, la typographie ne vous convient pas :

À ÉVITER : sélectionner le texte et modifier ses caractéristiques (police, corps, etc.)
NOTRE CONSEIL : modifiez ce style “Normal”. Vous comprendrez pourquoi quand votre tapuscrit comptera 100 pages. En une seule opération – miracle ! – vous pourrez modifier la typographie de la totalité du texte concerné.


La gestion des styles comporte tous les paramètres de typographie possibles, rassemblés et, surtout, liés au style ainsi modifié : police, espacement des paragraphes, tabulations, etc. C'est ici – et nulle part ailleurs – que vous indiquerez comment votre texte “de base” (normal) doit être composé.

Par la suite, vous définirez d'autres styles pour les portions de texte devant être présentées différemment, en sachant toutefois qu'en étant “basés sur” le style “Normal”,  ces autres styles y resteront liés pour les paramètres qui ne seront pas personnalisés.

Et les chapitres, alors ?

Les titres de chapitres ne doivent pas revêtir la même allure que le corps du texte, nous direz-vous. Effectivement !

À ÉVITER : sélectionner “Chapitre Premier” et modifier ses caractéristiques
NOTRE CONSEIL : affectez le style “Titre 1” au paragraphe concerné.

Pourquoi “Titre 1” ? Parce que ce style est ensuite disponible pour créer une éventuelle table des matières automatique (vous pourriez procéder autrement, bien sûr, mais restons simples !)
Modifiez ensuite les caractéristiques du style “Titre 1” afin de l'ajuster à vos desiderata (centrage, corps, etc.)

Jamais deux sauts de paragraphes à la suite
Une règle intangible, fondamentale à la fois pour vous et pour l'éditeur qui reprendra votre texte pour le transférer dans un logiciel de mise en pages : jamais, au grand jamais, deux sauts de paragraphes consécutifs ne doivent exister dans votre tapuscrit (contre-exemple ci-contre, que le metteur en pages doit rechercher/remplacer avec patience et longueur de temps).

En effet, passer à la page suivante en appuyant à plusieurs reprises sur la touche Retour-Chariot ne sert à rien. L'ordinateur n'est pas une machine à écrire ! La taille du papier peut varier (surtout si l'on en fait un livre, rarement en format A4), aussi ne perdez pas de temps à procéder de la sorte, ça ne tombera jamais juste, ne serait-ce que si vous modifiez les marges supérieures ou inférieures du tapuscrit en cours de travail…

Application pratique au style des chapitres

Un chapitre doit commencer sur une nouvelle page. Bien. Modifiez donc le style “Titre 1” en conséquence, en cochant dans la rubrique Paragraphe / Enchaînement la case “Saut de page avant” (un saut de page sera effectué avant le paragraphe concerné).


De même, si vous souhaitez qu'un espace soit ménagé entre le titre du chapitre et le corps du texte :

À ÉVITER : sauter 2, 3 ou 4 lignes après le titre.

NOTRE CONSEIL : réglez le style “Titre 1” en jouant avec les paramètre d'espace après le paragraphe, dans la rubrique “Retrait et espacement”.
Par exemple : 48 points (l'unité, ici, est le point typographique et non une mesure en millimètres).

Que constatez-vous ?


Le signe de “fin de paragraphe” est unique, après le mot “février”. L'espace après le paragraphe de style Titre 1, fixé à 48 points, ménage un espacement suffisant avant le début du texte du chapitre (espace qu'il vous sera loisible de modifier ensuite à tout moment selon l'expression consacrée).
Le petit carré en bas à gauche du paragraphe indique quant à lui qu'un saut de page avant le paragraphe a été généré.

Oui, mais je veux que certains paragraphes soient précédés d'une ligne double !

C'est votre droit !

À ÉVITER : des doubles sauts de paragraphes, nous vous en prions, ils pourraient se perdre lors du transfert pour mise en pages, un cauchemar ensuite s'ils doivent être vérifiés un par un.
NOTRE CONSEIL : Créez une variante du style “Normal”, que vous appellerez par exemple “Normal espace avant”, en réglant l'espacement avant au nombre de points souhaités (par exemple le double du corps employé). Affectez ce style aux paragraphes concernés.
Et, encore une fois, si vous changez d'avis sur cet espacement, en une seule opération, vous pourrez le faire en modifiant les paramètres du style “Normal espace avant”.

Et si je veux des astérisques ?

À ÉVITER : Aller à la ligne, taper une étoile, centrer le paragraphe…
NOTRE CONSEIL : Créez une autre variante du style “Normal”, par exemple “Astérisque”, centré et avec les espacements qui vous conviennent.


Le nouveau style, intitulé “Astérisque”, est basé sur le style “Normal” (important, si vous modifiez celui-ci, celui-là suivra), et est centré (en bas à gauche).


Le style “Astérisque”, paramétré avec des espacements avant et après de 12 points, a été appliqué au paragraphe comportant un astérisque comme seul caractère.

Styles de caractères

Les styles de caractères permettent de gérer finement la typographie de portions de texte comprises à l'intérieur d'un paragraphe. Leur utilité ne vous paraîtra peut-être guère évidente au premier abord.

Imaginons que vous ayez décidé de composer en italiques les pensées de vos personnages, comme c'est le cas dans notre exemple :


À ÉVITER : sélectionner la phrase, et actionner le bouton Italiques…
NOTRE CONSEIL : Créez un style de caractères baptisé “Pensées”. Pourquoi ? Si vous changez d'avis en cours de route, et décidez de composer les pensées en caractères romains (non-italiques), vous pourrez le faire en une seule opération. Il en sera de même pour l'éditeur qui reprendrait votre texte.


Après avoir sélectionné la phrase, appliquez-lui le style “Pensées” :


Ce procédé permet aussi de composer les sigles de façon moins “tonitruante” en leur donnant un corps moins élevé que le texte “normal”, voire en choisissant des petites capitales (on songe, notamment, aux siècles). Même chose pour les appels de notes de bas de pages… Mais nous entrons déjà dans une sophistication plus prononcée.
Quoi qu'il en soit, dès que vous décidez d'employer une typographie spécifique ou dérogatoire, créez le style correspondant. La tâche de tous en sera facilitée par la suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire